Mercredi 15 novembre, à minuit, l’heure était à la découverte annuelle que tout le monde attend : le Beaujolais nouveau. Le cru 2017 a été bu par des centaines d’amateurs qui n’ont pas hésité à rester éveillés et à braver le froid hivernal qui arrive pour se réunir dans des moments conviviaux.

Élodie, 24 ans, étudiante en psychologie découvrait cette effervescence pour la première fois : « Je goûte chaque année le Beaujolais. En tant que lyonnaise, c’est mon devoir régional et de toute façon, entre les amis et les repas de famille, il y a toujours une bouteille du nouveau cru à disposition. Ce soir, je n’étais pas très emballé par rester éveillée pour un vin, mais mes amis ont su me convaincre. Je ne regrette pas. Comme toujours, et encore plus cette année, le Beaujolais est bon, mais c’est l’ambiance qui est superbe. Pas d’agressivité, de la bonne humeur, cela redonne envie de sortir à une personne comme moi qui délaisser les sorties en centre-ville à cause du climat tendu qui règne trop souvent. »

Pour Elodie, c’estt une première, mais pour d’autres comme Christophe, c’est une tradition : « Le Beaujolais est un moment fort de l’année. Je côtoie plusieurs producteurs et ils adorent me faire languir en me renseignant pas sur la qualité de la cuvée. Cette année, il est particulièrement fruité. Cela ne me déplaît pas, mais il fallait s’y attendre avec les conditions climatiques. »

Ce week-end, dans les supermarchés et les boutiques de Beaujolais en ligne, ça va être la course pour avoir le Beaujolais, car même s’il est de plus en plus critiqué, il reste une coutume française.

Continuez votre lecture avec ces articles :