La perte d’un proche est toujours une épreuve difficile à surmonter. Il faut, toutefois, s’adonner à un certain nombre de démarches pour respecter les volontés du disparu. Parmi ces procédures, nous avons celle de la succession. Elle doit être effectuée dans les 15 jours qui succèdent la disparition et se fera chez le notaire. Cette démarche permet d’annoncer le décès à toutes les structures concernées afin de préparer la relève. La succession chez le notaire est une procédure qui s’étend sur plusieurs étapes que nous allons découvrir dans les lignes qui suivent.

La prise de contact avec le notaire

Après le décès d’un parent, il est fortement conseillé à sa famille de faire appel à un notaire afin de préparer sa succession. Cette démarche effectuée dans les deux semaines qui succèdent la disparition du défunt doit élucider les héritiers sur la date de leur première rencontre avec le notaire. Evidemment, tout le monde ne sera pas présent à ce rendez-vous.

Il suffit au notaire de recevoir quelques-uns d’entre eux pour faire les premières présentations et connaître par conséquent, les proches du disparu ainsi que les ayants droit de son héritage. Afin d’obtenir un acte notarié pour succession il faut que le professionnel en charge du dossier soit informé de tous les biens du défunt.

L’élaboration du dossier de succession

Certains documents comme le certificat de décès, doivent être déposés par la famille chez la notaire. Sur la base de ces papiers, ce dernier va procéder à l’ouverture du dossier de succession. C’est à l’aide du certificat de décès qu’il saura si le défunt a établi un testament ou s’il a légué une partie de son patrimoine à un de ses héritiers. Bref, il vérifiera si les informations transmises par la famille sont conformes aux dernières volontés du défunt.

Si ces informations sont avérées, il demandera des documents qui attestent de la légitimité de chacun des héritiers. Si par exemple le défunt a légué une maison à son épouse, cette dernière devra lui fournir un certificat de mariage en bonne et due forme.

Continuez votre lecture avec ces articles :