Les Soldes Intermédiaires de Gestion (SIG) sont un outil indispensable à l’analyse des résultats de l’entreprise en terme d’activité et de bénéfices/déficits. Ils sont un indicateur qui identifie et analyse les facteurs qui ont contribué à l’obtention du résultat final de l’entreprise.

De quoi sont composés les soldes intermédiaires de gestion ?

Il est possible d’inscrire les SIG en pourcentage du chiffre d’affaires net ou en valeur absolue. Quoi qu’il en soit, ils seront toujours présentés sous la forme d’un tableau de calcul minutieusement conçu et reprenant les éléments suivants : production de l’exercice, marge commerciale, valeur ajoutée, excédent brut d’exploitation, résultat d’exploitation, résultat financier, résultat courant avant impôt, résultat exceptionnel, résultat de l’exercice.

Au final il n’est pas si difficile de réaliser un SIG, pour calculer les soldes intermédiaires vous pouvez consulter l’excellent article de CCI Business Builder, notre article lui restera plus léger vous permettant de comprendre les notions importantes.

Analyse et calcul des soldes intermédiaires de gestion

Le mode de calcul est propre à chaque élément mais part toujours du même principe : soustraire des charges afin d’obtenir le résultat net de l’entreprise.

La production de l’exercice

La production de l’exercice est un indicateur permettant de mesurer l’activité des entreprises productives (activités industrielles, activités de construction, etc.).

Elle se calcule en additionnant ou soustrayant la production vendue à la production stockée.

La marge commerciale

La marge commerciale s’occupe de mesurer la capacité de l’entreprise à créer des profits dans son activité de revente de marchandises.

Pour la calculer, il faut soustraire le coût d’achat des marchandises vendues à la ventes de marchandises totale.

La valeur ajoutée (VA)

La valeur ajoutée permet de calculer la richesse brute engendrée par l’entreprise. Elle est à l’origine de la rémunération des différents contributeurs de la production (les salariés, l’Etat, les actionnaires, etc.).

La valeur ajoutée se calcule en ajoutant la marge commerciale à la production de l’exercice puis en soustrayant cette somme à la consommation de l’exercice en provenance de tiers.

L’excédent brut d’exploitation (EBE)

L’EBE représente la trésorerie de l’entreprise. Il permet de rémunérer les actionnaires et les banques qui nourrissent les capitaux de l’entreprise.

Afin de le calculer, il suffit d’ajouter la valeur ajoutée de l’entreprise aux subventions d’exploitation puis de les soustraire aux impôts et aux taxes avant de déduire le tout des charges de personnel.

Le résultat d’exploitation (RE)

Le résultat d’exploitation est l’élément qui mesure la disposition de l’entreprise à générer des ressources.

Il se calcule en additionnant l’EBE aux reprises sur provisions d’exploitation et aux autres produits d’exploitation. Il est ensuite nécessaire de soustraire le tout à la dotation aux amortissements et aux provisions puis aux autres charges d’exploitation.

Le résultat financier

Il est l’élément qui mesure l’influence de la politique de financement sur le résultat global de l’entreprise.

Pour le calculer, il suffit de soustraire les produits financiers aux charges financières.

Le résultat courant avant impôt

Le résultat courant avant l’impôt est relatif au résultat courant à l’exception près que le calcul doit réserver un sort à l’impact du résultat financier.

Ainsi, il suffit d’additionner ou de soustraire le résultat d’exploitation au résultat financier afin d’obtenir le résultat courant avant impôt.

Le résultat exceptionnel

Cet élément recense les opérations inédites et exceptionnelles n’ayant pas de lien direct avec l’activité de l’entreprise.

Son calcul s’obtient en soustrayant les produits exceptionnels aux charges exceptionnelles.

Le résultat de l’exercice

Dernière étape cruciale du calcul, le résultat de l’exercice est le résultat net de l’entreprise suite à l’impact des charges d’intérêts et de l’impôt sur les bénéfices.

Nous le calculons en ajoutant ou soustrayant le résultat courant avant impôt au résultat exceptionnel puis en soustrayant le total obtenu à l’impôt sur les bénéfices et à la participation des salariés.

De l’intérêt du calcul des SIG

Les SIG sont extrêmement utiles puisqu’elles permettent d’analyser les statistiques et  les fluctuations des résultats de l’entreprise et d’ainsi se mesurer directement aux concurrents du secteur.

En évaluant la rentabilité de sa marchandise et l’évolution de ses actions sur le marché, l’entreprise sera à même de prendre de précieuses décisions pour le futur. Les SIG sont donc devenues un élément indispensable à chaque entreprise désireuse d’obtenir les meilleurs résultats.

Continuez votre lecture avec ces articles :