Inventée en 2002 par le Japon et ensuite perfectionnée et brevetée par la Chine, la cigarette électronique est un dispositif qui a connu une expansion spectaculaire auprès des fumeurs. Dès son apparition, elle a été tout de suite adoptée par les fumeurs et les non-fumeurs. Impossible de s’en séparer, car elle devient non seulement très indispensable à leurs yeux, mais surtout en lieu et place de la fumée elle leur offrait de la vapeur sans nicotine.

De prime abord, la cigarette électronique encore appelée E-cigarette est un dispositif sans effets nocifs comme ce fut le cas de la cigarette normale. Elle se présente telle la solution ultime anti-tabac. Mais derrière cette merveille se cachent aussi certains aspects nocifs pour leur santé.

La composition de l’E-cigarette

N’étant ni un dispositif médical ni une prescription médicale pour le sevrage, la cigarette électronique est composée de trois parties essentielles :

  • Une pile ou une batterie rechargeable
  • Un dispositif contenant le « e-liquide » avec des arômes, du propylène glycol ou du glycérol
  • Un atomiseur convertissant le liquide en brouillard stimulant la fumée.

Ce joli gadget séduit un grand nombre de fumeurs si bien que sa réussite a été inéluctable.

Le succès de la cigarette électronique

La cigarette électronique est l’une des mesures anti-tabac sans nicotine à cause des effets nocifs que ce produit a sur le corps humain. La finalité recherchée par la cigarette électronique est la stimulation de l’acte de fumer qui se transforme en vapeur. Elle assure la reproduction du même geste, le gout et la sensation d’une cigarette classique sans nocivité. C’est un dispositif par excellence de la réduction de la consommation du tabac si bien que la demande au cours de ces dernières années devient de plus en plus forte.

Plusieurs points de vente s’y sont spécialisés. L’e-cigarette a connu une hausse spectaculaire dans le monde du tabagisme qui n’est plus à démontrer. Elle limite considérablement et sainement la consommation de la cigarette classique. Elle devient une mesure de substitution sécuritaire contre le tabagisme. Tout le monde se rue soit sur sa consommation comme palliatif du tabagisme, soit sur sa fabrication parce qu’elle rapporte, soit encore sur sa vente puisqu’elle offre un marché florissant.

Cependant, certains aspects de la cigarette électronique ne peuvent passer sous silence.

Des composants à passer au cribles

Une vague étonnante de personnes s’en procure tous les jours, mais la réalité sur les effets des composants de la cigarette électronique est toute autre. D’abord toutes les voies ne s’accordent pas quant à son utilisation sans danger pour le corps. Si bien que les médecins sont divisés. Les pneumologues, cardiologues et autres y sont favorables tandis que les tabacologues sont foncièrement contre.

Plusieurs éléments composent la cigarette électronique dont les propriétés sont inconnues il en est de même pour les risques de toxicité. Ces composants doivent faire l’objet d’une analyse minutieuse dans l’intérêt des utilisateurs : le propylène glycol, la glycérine végétale, les arômes alimentaires et l’eau. L’oxydation produite par le chauffage favorisant l’apparition de molécules est parfois source de cancer. L’usage de la nicotine dans la production sans en faire mention sur l’étiquette est d’une gravité inestimable. Le manque d’une réglementation concrète ne sécurise pas non plus la prolifération de ces produits.

Continuez votre lecture avec ces articles :